Портал в режимі тестування та наповнення
  • A-
    A+
  • Людям із порушенням зору
  • English
L’Ukraine, la Russie et « l’ingratitude d’Israël »
Опубліковано 21 вересня 2014 року о 18:25

Dans son bureau de Tel-Aviv, un jour avant que le parlement ukrainien annonce plus d’autonomie pour les rebelles pro- russes, Henadii Nadolenko (ambassadeur ukrainien en Israël), n’avait pas l’air très optimiste...interview... 


D’après lui, le président Poutine « ne veut pas laisser sortir l’Ukraine du cadre de son grand plan de restauration de l’Union soviétique ». En d’autres termes, Poutine veut tout, et tout accord proposé par l’Ukraine est donc voué à l’échec. « Nous pouvons encore voir beaucoup de troupes russes sur notre sol », dit-il avec colère ; « moins que les 6000 qu’il a laissés auparavant, mais encore beaucoup ».
Le Poutine de Nadolenko est une créature quasi satanique avec un agenda démoniaque, traduit aujourd’hui dans une terminologie plus moderne. Curieusement, il affirme également que ce qui semble être une éruption soudaine de violence entre la Russie et l’Ukraine, a été en fait pré-conçu et planifié à l’avance par Poutine au cours des 6 dernières années. « Nous en avons la preuve”, dit Nadolenko ; « des troupes spéciales ont été formées en Russie à la conquête de l’est de l’Ukraine depuis des années ; la soi-disant nouvelle “République populaire de Donetsk”, fondée par les séparatistes pro-russes n’est pas si nouvelle, nous avons trouvé une photo datant d’il y a 6 ans du drapeau de la “République de Donetsk”. Voilà comment ils fonctionnent ».
Il est difficile d’imaginer aujourd’hui qu’à 44 ans, Nadolenko a été nommé ambassadeur en Israël il y a 4 ans par l’ancien président Viktor Ianoukovitch, pro russe. Malgré le bouleversement politique dans son pays, Nadolenko n’a pas été rappelé.
Après quatre années particulièrement mouvementées à la fois en Israël et en Ukraine, Nadolenko semble profiter de son temps ici. Il est particulièrement heureux de l’appui massif que les Israéliens offrent à son pays en difficulté, en particulier l’énorme communauté de 600 000 immigrants juifs en provenance d’Ukraine. Leur réaction émotionnelle au conflit avec la Russie est presque incompréhensible.
Les gens qui réussissent à combler leurs différences concernant la politique israélienne, ont des débats acharnés sur l’Ukraine. Ils manifestent devant l’ambassade de Russie en Israël, créent des groupes de soutien et bombardent les médias sociaux avec des messages de soutien. Deux jours après notre rencontre, des militants israéliens du groupe « Israël soutient l’Ukraine » ont commencé une série d’actions mondiales avec une « Marche de la Paix » le long de la promenade de Tel-Aviv.
Néanmoins Nadolenko est moins satisfait de la politique israélienne officielle très prudente, qui hésite à prendre parti. Bien qu’il s’empresse de dire qu’il comprend les intérêts israéliens et sa nécessité de ne pas fâcher la Russie, il est également prompt à insinuer qu’Israël ne peut plus compter sur le soutien quasi automatique de l’Ukraine.

Q : Monsieur l’Ambassadeur – que désire Poutine véritablement ? R : Il est difficile de définir ce que veut Poutine. Il veut certainement une influence sur l’Ukraine et a peur de nous la laisser. La situation en Russie est misérable – ce n’est pas partout comme à Moscou et Saint-Pétersbourg. Il n’a pas besoin d’une Ukraine prospère et indépendante avec qui se comparer. Historiquement, la Russie a toujours essayé de garder l’Ukraine dans son orbite. Et puis, bien sûr, Poutine ne veut pas de l’OTAN sur sa frontière.
Mais c’est le 21e siècle, et on ne peut pas démarrer une guerre au centre de l’Europe. J’ai parlé à d’autres ambassadeurs en Israël, et les Etats baltes sont littéralement terrifiés. Ils ont un énorme monstre à leur porte. Et nous, malheureusement, avons réduit les effectifs de notre armée lorsque nous avons accédé à l’indépendance – passant d’un million à 120 000 soldats! Et ceci, alors que la Russie développe sa force militaire et acquiert de nouvelles technologies.

Q : Votre Premier ministre, Arseni Iatseniouk, a récemment déclaré que Poutine a pour mission de restaurer la vieille Union soviétique et que l’Ukraine fait partie de ce projet.
R : Je le pense aussi, bien que je ne pense pas que Poutine veuille l’ouest de l’Ukraine. Il n’a jamais été intéressé par cette région. Il veut vraiment l’Ukraine jusqu’à Kiev, les anciennes lignesque la Russie avait l’habitude d’avoir. L’Est, où nous avons une puissante industrie et de la technologie militaire.
Beaucoup de gens pensent que ce conflit est lié en réalité à ces industries, comme celle de Dnepropetrovsk. C’est le seul endroit de l’ex-Union soviétique qui fabrique les meilleurs moteurs de fusée spatiale. A Kharkov on produit encore encore les meilleurs avions cargo et autres appareils de l’air de l’armée russe. Aujourd’hui, nous avons gelé ces ventes, mais Poutine court certainement après cette industrie.

Q : Peut-être – simplement peut-être – qu’il y a quelque chose d’authentique dans la division entre l’est et l’ouest de l’Ukraine. Une autre langue, une autre religion, une culture différente. Regardez l’Europe aujourd’hui – les Écossais veulent rompre avec le Royaume-Uni et en Espagne, ils attendent de voir ce qui se passe en Ecosse pour réclamer l’indépendance. Il s’agit d’une tendance mondiale.
R : Peut-être, mais il y a une énorme différence. Ils ont de longues racines historiques pour se fonder sur la séparation ; en Ukraine nous n’avons jamais eu de conflits. Peut-être que ces séparatistes en Ecosse et en Espagne ont été inspirés par l’Ukraine – certainement pas le contraire. Nous n’avons jamais eu de problèmes à l’intérieur de ces territoires. C’est clairement un conflit artificiel mis en scène par Vladimir Poutine qui a infiltré des agents spéciaux du KGB, des tanks et toute une machination pour mettre en œuvre cette politique.

Q : Vous parlez de l’ennemi tantôt comme la « Russie », tantôt comme « Poutine ». Quel est l’ennemi: le pays ou l’homme?
R : Sans aucun doute l’homme avec un plan. Un plan ancien, de vieux trucs qui reviennent à la surface. Vous ne pouvez pas utiliser les anciennes méthodes du monde dans la nouvelle ère. Nous avons suffisamment de preuves que cette crise a été préparée depuis environ six ans. Ils ont entraîné des gens des villes d’Ukraine orientale de Donetsk et de Lougansk pour cette mission, exactement comme je vous l’ai dit, nous avons trouvé le « drapeau » qui est censé être nouveau, mais qui, en réalité, est très ancien. Le concept de “République populaire de Donetsk » n’est pas né au cours du processus de la récente invasion. Tout était prévu et accompagné par une puissante machination de propagande sauvage.

Q : On croirait entendre les vieilles techniques soviétiques
R : C’est tout à fait le cas. En fait, la propagande est bien pire qu’à l’époque soviétique. Je le sais, car c’est un fait établi,, qu’il y a une institution spéciale en Russie qui travaille là-dessus. Une de ces histoires raconte que les Ukrainiens crucifient des enfants. Vraiment. Je suppose que maintenant même Poutine croit à sa propre propagande.

Q : Que pensez-vous de la politique israélienne prudente à l’égard de ce conflit? En Mars dernier, Israël s’est même absenté lors du vote à l’ONU en faveur d’une résolution affirmant l’intégrité territoriale de l’Ukraine. La raison officielle qui vous a été donnée fut la grève au ministère des Affaires étrangères à l’époque. Israël n’était pas l’un des 100 États qui ont voté avec vous, tandis que l’Ukraine est l’un des 18 pays qui ont voté contre l’approbation du rapport Goldstone qui a enquêté sur l’Opération Plomb Durci à Gaza en 2009.
R : J’aimerais vraiment qu’Israël participe avec tout le monde avancé en soutenant notre position. Malheureusement, la situation est différente. Israël a gardé le silence sur ce conflit – tandis que l’Ukraine a été extrêmement amical avec Israël sur des questions difficiles comme le rapport Goldstone. Oui, nous aimerions avoir Israël de notre côté.

Q : C’est compréhensible, mais la Russie est cruciale pour Israël sur les grands dossiers comme l’Iran et la Syrie. Il n’est pas étonnant que le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman ait été le seul dirigeant occidental à féliciter Poutine en 2011 pour des “élections justes et démocratiques” que le reste du monde a sévèrement critiquées.
R : Lieberman joue un jeu politique personnel. De toute évidence il constate l’influence russe au Moyen-Orient et cela devient son principal objectif. Nos propres décisions à l’avenir seront fondées sur une évaluation de la situation dans sa globalité.

Q : Si je comprends bien Israël ne doit plus s’attendre à votre soutien ?
R : Ce n’est pas exactement ce que j’ai dit.

Q : Si ça l’est.
R : Je dis que nous allons prendre en considération tous les faits et nous espérons qu’à l’avenir Israël soutiendra l’Ukraine de la même manière que l’Ukraine soutient Israël. Israël a effectivement aidé en transportant dans vos hôpitaux 10 blessés de la place Maidan et 11 autres Ukrainiens gravement malades pour êtresoignés ici, et le ministère des Affaires étrangères a payé 83.000 dollars. Je ressens même l’appui de politiciens israéliens, même de la part du ministère des Affaires étrangères. J’espère seulement qu’un jour Israël fera une déclaration publique. Nous et Israël nous trouvons dans des situations similaires. Nous avons tous les deux des problèmes avec nos voisins et nous voulons tous les deux que le monde nous comprenne. Il n’est pas bon pour un pays qui lutte pour son indépendance d’être laissé seul.

Q : Dans le même temps, Israël a bloqué la vente d’armes israéliennes à l’Ukraine, de peur de mécontenter la Russie.
R : Je ne peux pas commenter cela. Cette affaire est toujours en cours, et franchement, je n’en sais pas assez sur le sujet.

Q : Les Israéliens et les Juifs en général peuvent avoir des préoccupations au sujet des éléments nationalistes antisémites dans l’opposition ukrainienne et parmi ceux qui sont au pouvoir.
R : Ce n’est que de la propagande russe. Il y avait beaucoup de Juifs sur la place Maidan, et il y a des Juifs dans le nouveau gouvernement. D’un autre côté, Borilav Bereza, le porte-parole de l’extrême-droite (« Right Sector ») est un Juif qui a vécu autrefois en Israël. Mais oui, je dois l’admettre, il y a des gens stupides partout.

Q : Le monde a maintenant d’autres dossiers à traiter. L’État islamique, par exemple. L’Ukraine pourrait être oublié dans ce processus. 
R : Eh bien, les Européens au moins ne peuvent pas nous oublier. Pas nécessairement parce qu’ils nous aiment beaucoup, mais parce qu’ils ont vraiment peur de la Russie.

, David ILLOUZ

Outdated Browser
Для комфортної роботи в Мережі потрібен сучасний браузер. Тут можна знайти останні версії.
Outdated Browser
Цей сайт призначений для комп'ютерів, але
ви можете вільно користуватися ним.
67.15%
людей використовує
цей браузер
Google Chrome
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux
9.6%
людей використовує
цей браузер
Mozilla Firefox
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux
4.5%
людей використовує
цей браузер
Microsoft Edge
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
3.15%
людей використовує
цей браузер
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux